Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

komlosy1_uzenzenGettyImages_robotpersonconflict uzenzen/GettyImages

Pourquoi l'IA ne va pas abolir le travail

VIENNE – La diffusion de l'intelligence artificielle (IA) dans l'ensemble de l'économie laisse entrevoir la possibilité – et chez un bon nombre de gens, la peur – que les machines finissent par remplacer le travail humain. Cette technologie va non seulement effectuer une part toujours plus importante des opérations mécaniques, comme nous le constatons depuis la Première révolution industrielle, mais également coordonner le travail en établissant une communication directe entre machines (ce que l'on appelle l'Internet des objets).

Certains se félicitent deces avancéesqui selon eux réalisent le vieux rêve humain de la libération du travail, tandis que d'autres leur reprochent de priver les gens de l'accomplissement par le travail et de couper le lien entre les revenus et les prestations sociales liées à l'emploi. Selon ce dernier scénario, de plus en plus d'emplois vont disparaître, entraînant ainsi un chômage de masse, même si la demande va augmenter si l'on en croit les spécialistes de la conception de processus et des produits. Les études sur les effets probables de l'IA et de l'automatisation accrue sur le marché du travail sont bien sûr très hypothétiques, mais nous ne devons pas sous-estimer les conséquences possibles des nouvelles technologies pour l'emploi.

De nombreux observateurs, craignant le pire, ont préconisé un revenu de base sans emploi, afin d'éviter un appauvrissement prévisible. Mais avant que les économistes et les décideurs ne commencent à calculer les coûts et les avantages d'un revenu de base général, nous ferions bien d'examiner la prémisse même d'un avenir sans travail.

Notre définition actuellement étroite du travail remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque la grande industrie en plein essor a conduit à la séparation généralisée du lieu de travail par rapport au ménage. Le travail dans les principales régions industrielles s'est réduit à un emploi rémunéré à l'extérieur du domicile, tandis que les travaux ménagers, l'agriculture de subsistance et les échanges de proximité ont été soudainement exclus du calcul de la valeur. Ces activités n'ont pas disparu, ni de la périphérie, ni du cœur de l'économie mondiale, mais elles n'entraient plus dans le calcul du monde du travail ni de la main-d'œuvre. L'absence de salaire impliquait l'absence de reconnaissance, donc aucun enregistrement statistique et aucun accès aux prestations publiques.

Les chercheurs en sciences sociales ont déclaré que les travaux domestiques et de subsistance non rémunérés, ainsi que l'agriculture paysanne et l'artisanat traditionnel, étaient des activités économiques résiduelles qui devraient être bientôt remplacées par des techniques modernes et par l'aboutissement d'une logique de marchandisation. Mais bien que cette vision ait inspiré les mouvements socialistes tout au long du XXe siècle, elle n'a pas réussi à se matérialiser. Il est vrai que les relations salariales se sont développées. Mais dans de vastes régions du monde en développement, les salaires étaient insuffisants pour nourrir une famille, de sorte que le ménage et le travail de subsistance devaient compenser. À partir des années 1980, le travail non rémunéré a également fait son retour dans les économies développées.

La fin du cycle de reconstruction après la Deuxième Guerre mondiale à la fin des années 1960 et au début des années 1970 a marqué la transition de l'ancienne vers la nouvelle division internationale du travail. La rationalisation, la financiérisation et l'externalisation des opérations à forte intensité de main-d'œuvre vers les pays nouvellement industrialisés de la périphérie mondiale ont brisé le lien entre l'emploi à vie et la sécurité sociale, qui caractérisait les marchés du travail des pays développés.

Project Syndicate is conducting a short reader survey. As a valued reader, your feedback is greatly appreciated.

Take Survey

À mesure que la numérisation et la mondialisation des filières de matières premières se sont accélérées, les employeurs ont introduit des contrats de travail de plus en plus flexibles, poussant de plus en plus de travailleurs à accepter des conditions de travail précaires. De nombreuses personnes ont dû combiner plusieurs revenus, compter sur des subventions publiques et prolonger leurs heures de travail non rémunérées pour compenser l'insécurité de l'emploi, les périodes de chômage et la perte d'emplois qui leur donnaient droit à des prestations sociales. Les travailleurs pauvres, qui ne peuvent pas vivre de leur salaire, ont à présent plusieurs emplois ou contrats ; dans les zones rurales, ils répondent à leurs besoins alimentaires et de logement en partie grâce à l'agriculture de subsistance et aux travaux de construction.

Mais l'augmentation de l'activité non rémunérée ne se limite pas aux pauvres. Afin de répondre aux nouvelles exigences de l'IA et de l'ère de la machine, les personnes aisées doivent travailler sur le profil et le style de leurs performances physiques et mentales, en particulier sur leur apparence, leur motivation et leur endurance. Bien qu'ils puissent compter sur une femme de ménage pour la cuisine, le ménage et les soins et qu'ils puissent demander une aide professionnelle pour l'enseignement supplémentaire et le soutien psychologique, ils doivent encore investir de plus en plus de temps pour se développer et pour encadrer d'autres membres de la famille.

Seule une petite fraction de la quantité explosive de travail non rémunéré peut être reprise par l'IA : quelles que soient les tâches qu'elle prendra en charge, cela créera de nouvelles exigences qui devront être satisfaites. On ne sait pas encore quelles nouvelles activités futures résulteront de la perte d'affection personnelle lorsque les machines et les algorithmes remplaceront la communication entre êtres humains. Finalement, tout comme nous avons fait face à la transition des secteurs primaire à secondaire vers le tertiaire dans le passé, le vide donnera lieu à un nouveau secteur économique, rempli de nouvelles formes d'activités marchandisées ; les relations réciproques pourraient également combler le vide.

Déjà, presque personne, quel que soit son revenu, ne peut refuser de faire le travail fantôme que les communications modernes, le commerce et le secteur bancaire exigent de nous. En fournissant à l'économie de plateforme leurs données, les consommateurs et les clients deviennent des travailleurs non rémunérés pour des entreprises commerciales et aident à stimuler le capitalisme mondial.

Que l'on considère l'avenir du travail du point de vue du besoin ou de l'accomplissement, le travail ne disparaîtra pas en raison de l'introduction de l'IA. La réduction de l'emploi et du travail rémunéré a de grandes chances de s'accompagner d'une augmentation des soins et de l'activité de subsistance non rémunérés, ainsi que d'un travail fantôme moderne.

Un tel scénario n'est rassurant que si nous parvenons à trouver de nouvelles façons de répartir équitablement le travail rémunéré et non rémunéré entre tous les citoyens. Dans le cas contraire, nous risquons d'aboutir à un monde à deux vitesses. Les bourreaux de travail aisés auront des emplois financièrement gratifiants mais stressants, alors que les chômeurs seront forcés de se tourner vers des stratégies de subsistance pour compléter un revenu de base ou l'aide aux plus démunis.

Read more about the changing nature of value in the age of Big Data, artificial intelligence, and automation.

Click here

https://prosyn.org/Xf94cOnfr;
  1. asoros3_Emanuele CremaschiGetty Images_italycoronavirusnurse Emanuele Cremaschi/Getty Images

    The Spirit of Milan

    Alex Soros

    The COVID-19 crisis has given the European Union an opportunity to honor its high-flown talk of values and rights, and assert itself as a global leader. To seize it, the EU and its member states must demonstrate much greater solidarity, not least toward Italy, than they have so far.

    0

Edit Newsletter Preferences