89

A quoi servent les économistes?

NEW HAVEN – Depuis la crise financière mondiale et la récession de 2007-2009, la critique de la profession économique s’est intensifiée. Le fait que pratiquement tous les économistes professionnels, à l’exception de seulement quelques-uns, ne soient pas parvenus à prévoir l'épisode – dont les séquelles nous font encore souffrir – a conduit certains à questionner l’utilité des économistes pour la société. S’ils ont été incapables de prévoir quelque chose de si important pour le bien-être des gens, à quoi servent-ils ?

En effet, les économistes n’ont pas réussi à prévoir la plupart des crises majeures du siècle dernier, y compris la grave crise de 1920 à 1921, la double récession coup sur coup en 1980 et 1982 ainsi que, la pire de toutes, la Grande Dépression qui a suivi l’effondrement du marché boursier en 1929. En recherchant dans les archives d'actualités de l'année précédant le début de ces récessions, je n’ai trouvé pratiquement aucun avertissement émanant d’économistes concernant une grave crise à venir. Au contraire, les journaux insistaient sur les points de vue des dirigeants d’entreprises ou des politiciens, qui avaient tendance à être très optimistes.

La seule déclaration ressemblant le plus fortement à un véritable avertissement est venue avant la crise de 1980 - 1982. En 1979, le président de la Réserve fédérale Paul A. Volcker avait fait savoir au Comité économique mixte du Congrès américain que les Etats-Unis faisaient face à des « circonstances économiques désagréables » et avait « besoin de décisions difficiles, de retenue, et même de sacrifices ». La probabilité que la Fed doive prendre des mesures drastiques pour lutter contre l'inflation galopante, ainsi que les effets de la crise pétrolière de 1979, rendaient très probable une grave récession.

Néanmoins, chaque fois qu'une crise était imminente au siècle dernier, le large consensus parmi les économistes était que ce n’était pas le cas. D’après ce que j’ai pu trouver, presque personne dans la profession – pas même des sommités comme John Maynard Keynes, Friedrich Hayek ou Irving Fisher – n’avait fait de déclaration publique anticipant la Grande Dépression.