Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

mahroum18_HAIDAR HAMDANIAFP via Getty Images_iraqprotestfire Haidar Hamdani/AFP via Getty Images

Le monde arabe a besoin d'un débat du Brexit

BARCELONE – Depuis les trois dernières années, un monde confus assiste au compte à rebours du rebours de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, mieux connu sous le nom de Brexit. La sortie de l'UE va probablement avoir une grave incidence sur l'économie britannique. Pourtant, d'un point de vue arabe, le débat prolongé sur le Brexit n'est pas un signe d'échec politique. En revanche, seul un pays ayant une maturité politique aux racines aussi profondes que le Royaume-Uni peut espérer résister à une telle rupture dans les domaines juridique, commercial, voire même dans celui des relations sociales mises en place au cours du dernier demi-siècle.

Le monde arabe, en revanche, a été témoin d'au moins un grand événement comparable au Brexit chaque décennie depuis 1948 - et ces ruptures politiques, économiques et sociales ne semblent jamais guérir. Le premier épisode a été la création d'Israël et le « Brexit » du peuple palestinien hors du territoire qui est devenu l'État juif. Une grande partie de la Palestine historique a été abandonnée et ses habitants ont été destinés à vivre dans des camps pour les décennies à venir. Tout une économie arabe a disparu et Israël a été boycotté par ses voisins arabes.

Puis de 1952 à 1970, l'Égypte sous le président Gamal Abdel Nasser s'est lancée dans une expérience de nationalisation de son économie, qui défendait la substitution des importations et qui a considérablement affaibli les liens commerciaux du pays avec le reste de la région. Lorsque Anouar el-Sadate, le successeur de Nasser, a conclu un traité de paix avec Israël en 1979, les pays arabes ont puni l'Égypte par un boycott politique et économique.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/ChoBGVifr;
  1. drew54_Jim Watson-PoolGetty Images_trumpmedia Jim Watson/Pool/Getty Images

    The Trump Presidency Turns Deadly

    Elizabeth Drew

    Harry Truman famously had a sign on his White House desk that read, “The buck stops here”: ultimate responsibility for the country’s welfare rests with the president. Now contrast that with how the current occupant of the Oval Office has handled the COVID-19 pandemic.

    2

Edit Newsletter Preferences