0

L'Europe en manque de vision ?

CAMBRIDGE – Alors que l'Europe se débat pour sauver l'euro, les critiques fusent sur le manque de leadership au sein des grandes économies mondiales. La chancelière allemande Angela Merkel est particulièrement visée. On lui reproche une absence de vision quant à l'avenir de l'Europe, contrairement à son prédécesseur et mentor Helmut Kohl. Cette critique est-elle fondée ?

Pour rassembler, un dirigeant doit être capable d'inspirer et de présenter une vision qui donne un sens à sa politique. C'est l'un des moyens qui permettent aux dirigeants de créer des objectifs communs et de rassembler autour d'une action commune. En général la vision politique est un scénario pour le futur qui incite au changement. Mais il arrive qu'elle favorise le statu quo, autrement dit le passé, ce qui encourage la résistance au changement.

Par contre, sans vision il est difficile de mener autrui où que ce soit. Frederick Smith, le PDG de Federal Express, dit que la première responsabilité du dirigeant d'une organisation est de communiquer sa vision et ses valeurs.

Mais il faut être prudent en matière de vision. Un leader croit parfois que sa vision va permettre de résoudre tous les problèmes, alors que si elle est trop ambitieuse ou erronée, elle peut être dangereuse. On a reproché au premier président Bush (et il l'a lui-même reconnu) de ne pas être à l'aise avec ce qu'il appelait "ce truc de la vision". Quand son équipe lui conseillait d’adopter un discours plus audacieux et d'être plus expansif, il répondait que cela ne lui ressemble pas.