18

Une grande dame nommée Merkel.

PARIS – L’avantage avec cette fameuse couverture du Spiegel représentant Madame Merkel, entourée d’officiers nazis, devant l’Acropole, c’est qu’elle pose enfin, frontalement, la question de la germanophobie en Europe.

Depuis le temps que cela dure !

Il y a eu les manifestations de Chypre, en mars 2013, avec leurs banderoles affichant des caricatures de la chancelière grimée en Adolf Hitler.

Il y a eu, au même moment, en Espagne, lors des traditionnelles fallas de Valence, cette Merkel en mauvaise maîtresse dictant au chef du gouvernement et à ses ministres « les dix commandements de l'Angela exterminateur » et finissant brûlée vive dans les flammes du bûcher de la Saint Joseph.