Paul Lachine

Angela Bismarck Thatcher

BERLIN –  Le récent sommet de l'UE s'est conclu par un compromis typiquement européen sur la crise financière de la Grèce, le type de compromis qui évite le terme de "solution" et se cache derrière l'idée de "mécanisme". On verra en avril s'il fonctionne, au moment où la Grèce devra refinancer une fois de plus sa dette.

La chancelière allemande Angela Merkel a eu gain de cause en exigeant que le FMI participe au plan de sauvetage de la Grèce si cela se révélait nécessaire. La décision finale requiert comme dans le passé l'unanimité au sein des organismes européens, autrement dit elle reste sous le contrôle de l'Allemagne.

Pendant ce temps le président Sarkozy a obtenu la participation de la zone euro à un plan de sauvetage pour la Grèce. Cela suppose que l'Allemagne débourse jusqu'à 4 milliards d'euros et - anathème ! - de facto la fin de l'interdiction des plans de sauvetage, interdiction stipulée par l'article 125 du traité de Maastricht, malgré beaucoup de contorsions verbales pour "prouver" que l'accord sur la Grèce n'y contrevient pas. Sarkozy voulait aussi, et a obtenu, une plus grande coordination économique à l'intérieur du Conseil européen. L'exclusion des membres qui violent le traité de Maastricht passe à la trappe.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/9ePqPAo/fr;