2

La nouvelle frontière de l'OTAN

BRUXELLES – Un navire américain en route vers une base navale espagnole cette semaine est en train d'écrire une page d'histoire. Avec l'arrivée du USS Donald Cook de Norfolk en Virginie, à son nouveau port d'attache à Rota sur la côte atlantique de l'Espagne, c'est la première fois qu'un navire de la marine américaine équipé d'un système sophistiqué de défense balistique de missiles Aegis sera basé à titre permanent en Europe.

L'USS Donald Cook est le premier de quatre destroyers de la marine des États-Unis qui, avec près de 1200 marins et du personnel, vont jouer un rôle central dans la capacité de défense antimissile de l'OTAN. Mais ces navires effectueront aussi de nombreuses autres tâches, telles que des opérations maritimes de sécurité, des exercices d'entraînement bilatéraux et multilatéraux et participeront à des opérations et à des déploiements de l'OTAN, dont les Groupes maritimes permanents de l'OTAN.

L'arrivée de l'USS Donald Cook marque un progrès pour l'OTAN, pour la sécurité européenne et pour la coopération transatlantique. Elle matérialise clairement la forte relation entre les Etats-Unis et l'Europe pour répondre aux défis de sécurité complexes et imprévisibles de notre temps.

Des progrès constants ont été réalisés depuis novembre 2010, quand l'OTAN à son sommet de Lisbonne a décidé de développer une capacité de défense antimissile pour protéger tous les pays européens de l'OTAN, leurs populations, leurs territoires et leurs armées. En avril 2012, lors de son sommet de Chicago, l'OTAN a annoncé une capacité provisoire comme une première étape opérationnelle importante. La pleine capacité doit être atteinte dans les années à venir.