En finir avec la froideur de la relation iranienne

MADRID – Le rapprochement entre Iran et Occident constitue depuis bien longtemps une véritable chimère de la politique internationale. Le monde apparaît néanmoins se rapprocher de plus en plus d’une nouvelle ère, caractérisée par une collaboration à la fois prudente et cruciale entre les États, et particulièrement entre un Iran et une Amérique qui apparaissaient irréconciliables depuis la Révolution islamique d’Iran en 1979.

Cet impératif de coopération a dominé les discussions menées au cours du rassemblement de Bergedorf organisé par la Körber Foundation aux côtés du think tank iranien Institut pour la science et la sécurité internationale. Lors de cet événement, auquel j’ai personnellement assisté, 30 acteurs politiques, hauts responsables et experts issus d’Europe, des États-Unis et d’Iran ont débattu de l’avenir de cette relation, apportant un certain nombre de points de vue essentiels, dont il s’agirait que s’inspirent les futures décisions politiques.

À l’heure du bouleversement et d’une désintégration des souverainetés territoriales au Moyen-Orient – et particulièrement en Irak – cette démarche ne saurait se révéler plus opportune. Afin d’inverser cette spirale qui l’entraîne actuellement vers le chaos, la région a besoin de solides forces stabilisatrices, susceptibles de fonder une action coordonnée en direction de la lutte contre les violences sectaires. À cet égard, l’Iran a un rôle fondamental à jouer.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ODGwtta/fr;