Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Une « troisième voie » arabe

AMMAN – Durant toute la période postcoloniale, les pays arabes ont systématiquement échoué à produire un régime politique efficace, sans même parler d'un régime démocratique. Aujourd'hui après un demi-siècle de rivalité entre les dictatures militaires ou royales et les régimes militants islamistes, de nombreux Arabes cherchent encore une « troisième voie » : un chemin vers une forme crédible de démocratie représentative. Mais leurs efforts s'avéreront-ils aussi futiles à présent que par le passé ?

Le Moyen-Orient, qui doit son nom à sa position géographique entre l'Europe et l'Extrême-Orient, a été sous régime ottoman pendant 400 ans jusqu'à ce que les Alliés, ayant vaincu les Ottomans durant la Première Guerre Mondiale, divisent la région en entités politiques distinctes qui, aux termes de l'Accord Sykes-Picot, ont fait partie des sphères d'influence attribuées au Royaume-Uni et à la France. Mais en réponse à ces nouvelles divisions, un réveil Arabe s'est produit, né du panarabisme et du soutien de la Palestine.

De jeunes militaires charismatiques, des chefs d'État devenus dictateurs comme Gamal Abdel Nasser en Égypte, Saddam Hussein en Irak, Mouammar Kadhafi en Libye, Ali Abdallah Saleh au Yémen et Hafez el-Assad en Syrie, ont utilisé ces causes populaires pour gagner le soutien de l'opinion publique. Mais leur échec à améliorer les conditions de vie de leurs citoyens, ainsi que la critique des idéologies de gauche suite à l'effondrement de l'Union Soviétique, ont favorisé l'émergence d'un mouvement rival : l'Islam politique.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/lvaB9BXfr;
  1. op_dervis1_Mikhail SvetlovGetty Images_PutinXiJinpingshakehands Mikhail Svetlov/Getty Images

    Cronies Everywhere

    Kemal Derviş

    Three recent books demonstrate that there are as many differences between crony-capitalist systems as there are similarities. And while deep-seated corruption is usually associated with autocracies like modern-day Russia, democracies have no reason to assume that they are immune.

    7