sachs337_Stephen MaturenGetty Images_us ballot election Stephen Maturen/Getty Images

La Troisième Reconstruction de l’Amérique

NEW YORK – L’Amérique, ce sont deux cultures dans une nation. La première de ces cultures apporta l’esclavage, le génocide des Américains natifs, les lois « Jim Crow » imposant la suprématie blanche, et la brutalité, les mensonges, la cruauté de l’ancien président Donald Trump, qui trouvèrent leur expression paroxystique dans l’assaut contre le Capitole du 6 janvier. L’autre culture apporta l’émancipation, le mouvement des droits civiques, le président Barack Obama et, aujourd’hui, l’élection de Joe Biden. La culture suprémaciste blanche – à laquelle adhère, en Amérique, une minorité qui va en s’étrécissant – a toujours fondé son pouvoir sur la violence et sur les restrictions du droit de vote. C’est la raison pour laquelle la bataille actuelle sur le droit de vote engage l’avenir de l’Amérique.

Le combat des deux cultures se joue désormais dans tout le pays et à Washington. La victoire de Biden pousse les suprémacistes blancs à persévérer dans leurs tentatives de restreindre le droit de vote. Le parti républicain sait qu’il ne peut se maintenir nationalement au pouvoir si les élections sont équitables et libres. Ainsi les parlements des États fédérés contrôlés par les républicains sont-ils en train de voter de nouvelles restrictions à la participation électorale, qui prennent pour cible les non-blancs. À Washington, en revanche, la culture d’inclusion présente au Congrès les réformes de défense du droit de vote les plus importantes depuis les années 1960, afin de garantir à tous les Américains qu’ils puissent déposer un bulletin dans l’urne.

La restriction du droit de vote est un vieil instrument de la suprématie blanche en Amérique. L’histoire en a été tracée avec le plus d’acuité par William Edward Burghardt Du Bois [1868-1963] dans son ouvrage Black Reconstruction in America, publié en 1935 [non traduit]. Du Bois y décrit avec une terrible précision comment les Afro-Américains combattirent héroïquement pour leur liberté lors de la guerre de Sécession américaine (1861-1865) et – en s’éduquant et en travaillant dur – pour leur pleine émancipation de citoyens lors des années de la Reconstruction (1865-1877). Mais la violence et le terrorisme des blancs dans les États du Sud, ainsi que l’indifférence et le racisme de nombreux blancs des États du Nord imposèrent à cette émancipation un terme cruel. L’une des pièces centrales du régime de Jim Crow dans les États du Sud après la Reconstruction furent les restrictions du droit de vote des Afro-Américains, en violation flagrante de la Constitution. 

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/0RGkj5Sfr