0

L’ingérable budget de l’Amérique

NEW YORK – Le cour de tout gouvernement se trouve dans son budget. Les responsables politiques peuvent faire des promesses sans fin, mais si le compte n’y est pas dans le budget, la politique n’est rien de plus que des mots.  

Les Etats-Unis sont actuellement pris dans ce genre de piège. Dans son récent discours sur l’état de l’Union, le président Barack Obama a donné une image très convaincante d’un gouvernement moderne, du 21ème siècle. Ses opposants du Parti Républicain se sont émus de ce que les propositions d’Obama entraineraient une faillite budgétaire. Mais la vérité est que les deux parties refusent de voir la réalité en face : une économie américaine moderne, compétitive n’est pas possible sans des hausses d’impôts supplémentaires.

Obama a très justement insisté sur le fait que la compétitivité dans le monde d’aujourd’hui dépend d’une main d’ouvre instruite et d’infrastructures modernes. Cela est vrai pour n’importe quel pays, mais particulièrement pour les pays riches. Les Etats-Unis et l’Europe sont en concurrence directe avec le Brésil, la Chine, l’Inde et d’autres économies émergentes, où les niveaux de salaires sont parfois inférieurs d’un quart à ceux des pays à hauts revenus (et parfois même plus). L’Amérique et l’Europe ne maintiendront leurs niveaux de vie élevés qu’en basant leur compétitivité sur des compétences de pointe, des technologies d’avant garde et des infrastructures modernes.

C’est pourquoi Obama en appelle à une augmentation des investissements publics américains dans trois domaines : l’éducation, les sciences et la technologie, et les infrastructures (y compris l’internet à haut débit, les trains à grande vitesse et les énergies propres). Il a dépeint une vision de la croissance future dans laquelle les investissements publics et privés seraient complémentaires, des piliers qui se soutiendraient mutuellement.