0

Le taux d’épargne américain et l’avenir du dollar

CAMBRIDGE – Le taux d’épargne des ménages américains a grimpé en flèche depuis le début de l’année, par atteindre au mois de mai 6,9 pour cent des revenus privés après impôts, le taux le plus élevé depuis 1992. En termes actuels, cela équivaut à une épargne annuelle de 750 milliards de dollars.

Bien qu’un taux d’épargne de 6,9 pour cent ne soit pas élevé comparé à d’autres pays, il représente un changement radical par rapport au taux d’épargne des ménages inférieur à 1 pour cent qu’ont connu les Etats-Unis en 2005, 2006 et 2007.

Avant qu’il commence à remonter l’année dernière, le taux d’épargne des ménages américains déclinait depuis plus de vingt ans en raison de l’enrichissement croissant des ménages. La progression de la Bourse et l’appréciation des valeurs immobilières ont incité les particuliers à dépenser une plus grande partie de leurs revenus et à épargner moins. En conséquence, la plupart des actifs ont réduit la proportion de leurs revenus mis de côté pour leur retraite et les retraités ont de leur côté été en mesure de dépenser davantage. Le taux d’épargne net a chuté à près de zéro.

La baisse marquée des revenus des ménages ces deux dernières années a toutefois mis fin à cette tendance. La chute des actions et la dépréciation de 35 pour cent des valeurs immobilières ont amputé la fortune des particuliers de 14 mille milliards de dollars, une perte équivalente à 140 pour cent du revenu annuel disponible. Les particuliers doivent aujourd’hui épargner davantage pour leur retraite, et les retraités ont moins d’argent à dépenser. Il est probable que le taux d’épargne augmente encore à l’avenir, et dans tous les cas de figure, qu’il restera élevé dans les prochaines années.