La récession politique de l’Amérique

BERKELEY – A l’heure actuelle, il y a environ 36% de chances que les États-Unis seront en récession l'an prochain. La raison en est entièrement politique : la polarisation partisane a atteint des niveaux jamais vus, menaçant de faire tomber l'économie américaine de la « falaise fiscale » – les hausses d'impôts et réductions de dépenses automatiques qui entreront en vigueur au début de 2013, à moins que démocrates et républicains ne se mettent d'accord pour l’empêcher.

Il y a plus d'un siècle, au cours du premier Age d’Or, la politique américaine était fortement polarisée également. En 1896, le futur président Theodore Roosevelt se comportait en véritable chien d'attaque républicain. Il critiquait le candidat présidentiel démocrate William Jennings Bryan pour être une simple marionnette du sinistre gouverneur de l'Illinois, Jean-Pierre Altgeld.

Bryan, disait Roosevelt, « est comme de l'argile dans les mains du potier, sous le contrôle avisé du communiste ambitieux et sans scrupules de l’Illinois. » La « frappe libre de la monnaie » n’était « qu'une étape vers le socialisme général, qui est la doctrine fondamentale de ses opinions politiques. » Lui et Altgeld « cherchent à renverser… les politiques essentielles qui ont contrôlé le gouvernement depuis sa fondation. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/LUEMLpo/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.