0

La nouvelle hypocrisie commerciale de l’Amérique

Alors que l’actuel “cycle du développement” sur les négociations commerciales touche à sa fin, il devient de plus en plus clair que l’objectif de promotion du développement ne sera pas atteint et que le système de commerce multilatéral sera sapé. Cela n’est nulle part plus clair que dans une provision supposée donner aux pays les moins développés un accès presque en franchise aux marchés des pays développés.

Il y a un an, les dirigeants des pays les plus riches se sont engagés à soulager le triste sort

des plus pauvres. À Doha en novembre 2001, ils ont promis de donner aux pays pauvres quelque chose de plus précieux encore que l’argent : l’opportunité de vendre leurs produits et de sortir de la pauvreté à la sueur de leur front. Les pays développés ont paru un moment tenir leurs promesses en fanfare, lorsque l’Europe a lancé l’initiative “tout sauf des armes” (TSA) par laquelle elle ouvrait de façon unilatérale ses marchés aux pays les plus pauvres du monde.

Cette ouverture a été plus modeste que ce que l’on pensait. Les déconvenues ont surgi des détails, lorsque beaucoup des pays les moins développés ont découvert que les règles d’origine compliquées de l’initiative, ainsi que les contraintes de la théorie de l’offre, signifiaient que les pays pauvres avaient en fait peu de chances d’exporter leurs produits fraîchement libéralisés.