Le G8, le G0 et l'Amérique

NEW-YORK – La crise financière de 2008 marque la fin de l'ordre mondial que nous connaissions. Pour la première fois depuis 70 ans, les USA ne sont plus en mesure de fixer l'ordre du jour des rencontres internationales et ne peuvent plus décider pour le reste du monde la manière de traiter les grands problèmes du moment.

Ils ont réduit leur influence sur la scène internationale en refusant de participer au sauvetage de la zone euro, d'intervenir en Syrie et de recourir à la force pour contenir le développement du nucléaire en Iran (malgré un fort soutien israélien). Le président Obama a officiellement mis fin à la guerre en Irak et retire les troupes américaines d'Afghanistan à un rythme limité seulement par la nécessité de sauver la face. L'Amérique cède le leadership, alors que nul autre pays ou groupe de pays ne veut ou n'est prêt à prendre le relais.

La politique étrangère américaine est peut-être aussi active que dans le passé, mais elle réduit ses ambitions et devient plus pointilleuse quant à ses priorités. Ainsi, de nombreux problèmes - le réchauffement climatique, le commerce international, la rareté des ressources, la sécurité internationale, la cyber-guerilla et la prolifération nucléaire, pour ne citer que quelques-uns d'entre eux - ne pourront que s'aggraver.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/URCsiOd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.