Paul Lachine

Quand plus personne n'écoutera l'Amérique…

DENVER – La patience est peut-être une vertu, mais pas nécessairement quand il s'agit de politique étrangère américaine.

Considérons le concept audacieux de "guerre prolongée" forgé il y a quelques années au sujet de la lutte contre le terrorisme, ainsi que les quelques progrès qu'elle permettrait d'accomplir et l'énorme poids financier que cela représentera pour les USA. C'était également la prise en compte dans un style très "realpolitik" des revers auxquels on peut s'attendre, ainsi que l'a reconnu le secrétaire à la Défense, Donald Rumfeld.

Or les Américains sont habitués à prendre des décisions volontaires et à agir rapidement en temps de guerre (ils insistent là-dessus depuis le Vietnam). Le concept de "guerre prolongée" est donc destiné avant tout à leur faire comprendre que sacrifices et engagement à long terme sont nécessaires pour remporter une guerre de survie. Ses partisans savent aussi que cette guerre ne se mènera pas seulement avec des armes, mais nécessitera un effort longue haleine impliquant selon leur expression "tout le gouvernement", avec des organismes civils mobilisés en faveur d'objectifs militaire ou paramilitaires.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/sDta4ue/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.