0

La crise morale des Etats-Unis s’approfondit

NEW YORK – La crise politique et économique des Etats-Unis est vouée à s’aggraver à la suite des élections de mi-mandat en novembre prochain. Le président Barack Obama n’aura plus aucune chance de faire adopter des lois progressistes destinées à venir en aide aux pauvres ou à protéger l’environnement. Il est en fait probable que tous les principaux projets de loi et réformes seront bloqués jusqu’en 2013, date de la prochaine élection présidentielle. Une situation déjà mauvaise, caractérisée par les impasses et les attaques au vitriol, ira en empirant et le monde ne devra pas s’attendre à un leadership très convaincant de la part d’un pays profondément divisé.

Les Etats-Unis sont d’humeur sombre et le langage de la compassion a plus ou moins été oublié. Les deux partis politiques sont aux ordres des riches donateurs des campagnes électorales, tout en prétendant servir les intérêts de la classe moyenne. Aucun parti ne fait même mention des pauvres, qui aujourd’hui représentent officiellement 15 pour cent de la population, et qui sont sans doute bien plus nombreux si l’on tient compte de ceux qui peinent à joindre les deux bouts.

Le parti républicain a récemment publié un Pledge to America (Pacte pour l’Amérique) qui détaille son credo et ses promesses électorales. Le document est truffé d’absurdités, comme la notion stupide selon laquelle des impôts trop élevés et un excès de réglementation expliquent le fort taux de chômage actuel des Etats-Unis. Il est surtout un instrument de propagande. On y trouve par exemple une citation du président John F. Kennedy disant que des impôts élevés peuvent étrangler l’économie. Mais Kennedy s’exprimait il y a un demi siècle, quand le taux marginal d’imposition était deux fois plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui. Et surtout, la plateforme républicaine est totalement dénuée de compassion.

Les Etats-Unis offrent aujourd’hui l’image paradoxale d’un pays riche qui se désagrège à cause de la disparition de ses valeurs profondes. La productivité américaine est l’une des plus élevées au monde. Le revenu national moyen par tête est de 46.000 dollars – un montant suffisant non seulement pour vivre, mais également pour s’enrichir. Et pourtant le pays est en proie à une dangereuse crise morale.