0

Le retour arabe de l’Amérique

AMMAN – Sans grand tapage, les derniers mois ont été les témoins d’aucune manifestation anti-américaine ou de drapeau américain en flammes dans le monde arabe. Les Arabes semblent de plus en plus prêts à accepter – et même à applaudir – la politique de l’administration Obama dans de la région.

Bien sur, les Arabes sont encore mécontents du parti pris des États-Unis pour Israël. Leur incapacité à mettre fin à 44 ans d’occupation militaire des terres palestiniennes n’est pas restée inaperçue. Mais de nombreux Arabes aujourd’hui préfèrent laisser tranquille les États-Unis. A l’exception du manque de détermination de l’administration Obama à dénoncer le traitement des manifestants par les régimes alliés des États-Unis au Bahreïn et au Yémen, la position de l’Amérique sur les révoltes arabes a été bien reçue.

Les Arabes, surtout les jeunes arabes, qui constituent la majorité de la population de la région, se tournent vers l’Amérique pour sa puissance globale lorsqu’elle soutient les valeurs et la morale démocratiques. Il y a un profond respect pour le concept d’autorité du, par et pour le peuple, ainsi que pour la liberté d’expression garantie par la constitution américaine. C’est précisément le fait de ne pas être parvenu à appliquer ces valeurs dans des régions telles que la Palestine ou l’Irak qui a provoqué – et le peut encore – un profond sentiment anti-américain chez les Arabes.

L’élection du président Barack Obama il y a deux ans a choqué favorablement les Arabes et renforcé les démocrates arabes qui y ont vu la preuve de la nature véritablement démocratique de l’Amérique. Le discours du Caire d’Obama, prononcé à l’occasion de l’un de ses premiers déplacements à l’étranger, promettait un renouveau américano-arabe, et a certainement revigoré les démocrates arabes.