9

Une deuxième chance pour les États-Unis et l’Inde

NEW YORK – La visite du Premier ministre indien Narendra Modi à Washington, DC, début juin n’a que peu retenu l’attention du public en dehors de l’Inde. Les diplomates et les militaires en Asie et au-delà l’ont pourtant suivie de près et pour une bonne raison : le rapprochement entre les deux démocraties les plus peuplées de la planète pourrait définir l’avenir du monde.

Il est intéressant de noter que Modi a utilisé les mots « partenaire » ou «partenariat » à pas moins de quinze reprises lors de son discours devant le Congrès américain. La déclaration commune officielle des deux gouvernements qualifie l’Inde de « partenaire majeur » des États-Unis sur les questions de défense, et pouvant à ce titre accéder à des technologies avancées ayant des applications militaires.

En l’espace d’une génération, les liens entre l’Inde et les États-Unis sont passés d’une relation distante et plutôt fraîche à une alliance stratégique, soit une évolution éclair en termes géopolitiques. Les facteurs qui sous-tendent cette évolution méritent d’être éclairés, puisqu’ils devraient sans doute rapprocher encore plus les deux pays.

La fin de la Guerre froide est l’un des facteurs déterminants de ce rapprochement bilatéral, parce qu’elle a mis un terme au maintien des relations de l’Inde avec l’Union soviétique, ainsi qu’aux raisons qui avaient motivé sa politique de non-alignement.