Skip to main content
sachs309_Alex WongGetty Images_trumpfrown Alex Wong/Getty Images

Les illusions de la croissance américaine

NEW YORK – La politique nationale aux États-Unis est devenue l’esclave d'indicateurs macroéconomiques sans véritable lien avec le bien-être réel. Pour de nombreux commentateurs, le taux de croissance ponctuel de 3,2 % observé au premier trimestre 2019, accompagné d'une baisse du taux chômage jusqu'à 3,6 % au mois d'avril, suffirait à prouver la bonne marche des politiques économiques du président Donald Trump, et serait pour certains synonyme par conséquent de meilleures chances de réélection.

Or, cette interprétation passe à la trappe ce que ces indicateurs ne parviennent pas à mesurer. Cette composante non mesurée constitue pourtant ce qui compte le plus pour l'opinion publique.

Lorsqu'il défend la baisse d'impôts de 2017, à laquelle il attribue une croissance annuelle du PIB supérieure de 1,1 % pour 2018-2019, l'économiste de Harvard Robert J. Barroécrit « Il va de soi qu'une plus forte croissance économique vaut mieux qu'une croissance économique faible », dans la mesure où « plusieurs millions de citoyens bénéficient d'une croissance élevée, qui s'accompagne généralement de salaires plus conséquents et d'un moindre chômage, ce qui favorise particulièrement les plus démunis. »

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/q8SWEu3/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions