18

L'Amérique, la Chine et le paradoxe de la productivité

NEW HAVEN – A la fin des années 1980, on débattait avec passion du "paradoxe de la productivité" - lorsque les investissements massifs dans les nouvelles technologies de l'information n'ont pas abouti à une amélioration mesurable de la productivité. Ce paradoxe est à nouveau d'actualité, car il pose problème tant aux USA qu'à la Chine ; il pourrait d'ailleurs faire l'objet de discussions dans le cadre de leur Dialogue stratégique et économique annuel.

En 1987, le prix Nobel Robert Solow a eu une formule qui a fait mouche : "On voit partout que c'est l'ère de l'informatique, sauf dans les statistiques sur la productivité". Le paradoxe de la productivité a paru dépassé dans les années 1990, lorsque l'Amérique a connu une renaissance spectaculaire de la productivité. Hors secteur agricole, en moyenne la croissance de sa productivité a atteint 2,5% par an, alors qu'elle avait été de 1,5% au cours des 15 années précédentes. Les avantages de l'ère d'Internet s'étaient enfin matérialisés et on avait presque complètement oublié le paradoxe de la productivité.

Mais on s'est réjoui trop tôt. Malgré une nouvelle révolution technologique, la croissance de la productivité est à nouveau à la baisse. Et cette fois-ci le ralentissement est général et les deux premières économies de la planète, les USA et la Chine, sont les plus touchées.

Entre 2010 et 2014 aux USA la croissance de la productivité a baissé en moyenne de 0,9% par an, et au cours des deux derniers trimestres (fin 2014 et début 2015) elle a chuté au taux annuel de 2,6%. Sauf si ces données se révélaient inexactes, la renaissance de la productivité américaine est dans une très mauvaise passe.