L’Amérique en perte de vitesse ?

NEWPORT BEACH – A en juger de la nervosité des marchés et des anticipations générales, les perspectives économiques des Etats-Unis sont déroutantes. Un jour, le pays est au bord d’une seconde régression ; le lendemain, il entame une reprise exceptionnelle, alimentée par des consommateurs qui seraient en train de se reprendre et des multinationales américaines qui commenceraient à déployer, enfin, leurs réserves massives de liquidités. Ce faisant, les marchés emmènent les investisseurs sur des montagnes russes, avec la crise européenne (qui amène son lot de confusion et de volatilité) servant à aggraver leur malaise.

La situation est à la fois compréhensible et de plus en plus dérangeante pour le bien-être de l’Amérique et de l’économie globale. Elle reflète l’impact de réalignements économiques et financiers fondamentaux (et historiques), de réponses politiques insuffisantes et de rigidités du système dans son ensemble qui entravent le changement structurel. En conséquence, des questions légitimes se posent aujourd’hui concernant le fonctionnement sous-jacent de l’économie des Etats-Unis, et donc son évolution dans les mois et années à venir.

Une façon de comprendre les conditions actuelles – et comment on pourrait les améliorer – est de considérer deux évènements qui ont récemment attiré une attention mondiale considérable : l’inauguration du jet passagers Dreamliner de Boeing et la mort tragique du patron d’Apple Steve Jobs.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/Gug9XgG/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.