L’Amérique et le bien public mondial

L’Amérique est actuellement paralysée par le problème qu’elle s’est elle-même créée en Irak. Les candidats à la présidentielle commencent déjà à se demander quels devraient être les credo de la politique étrangère des États-Unis au lendemain de l'Irak. Il conviendrait, me semble-t-il, de se concentrer sur le bien public mondial – dont la consommation par un individu n'empêche pas sa consommation par un autre – pour aider l'Amérique à concilier sa puissance prépondérante avec les intérêts d'autrui.

Certes, les biens publics dits « purs » sont rares ; les autres ne correspondant qu'en partie à l’idéal, par exemple, de la qualité de l'air – bien dont personne n'est exclu et chacun peut profiter simultanément. La lutte contre le réchauffement climatique est certainement la plus grande priorité à l'heure actuelle.

Si le premier bénéficiaire d'un bien public (comme les États-Unis) ne prend pas l'initiative de consacrer ses ressources disproportionnées à sa production, il y a peu de chances pour que des bénéficiaires moindres puissent produire ce bien, compte tenu des difficultés liées à l'organisation d'une action collective à grande échelle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/8pQYguW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.