La vérité et ses conséquences

NEW YORK – La récente réélection du président colombien Juan Manuel Santos est porteuse d'espoir pour ce pays qui cherche à mettre fin à un demi-siècle de conflits. Mais comme pour tant de processus de paix, trouver un équilibre entre la création d'un accord stable et reconnaître les terribles injustices survenues pendant le conflit peut être une tâche difficile.

De nombreux pays et communautés, du Népal à l'Irlande du Nord, sont aux prises avec un héritage de division ethnique, religieuse ou idéologique et avec la violence qui s'ensuit. Les succès sont souvent limités. C'est souvent le cas parce que les mécanismes mis en place pour faire face à la réconciliation post-conflit, la vérité et la justice, sont insuffisants.

En Bosnie-Herzégovine, le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a apporté d'importantes contributions à recherche de la vérité. Mais les victimes se plaignent que ses procédures sont lentes et complexes. Et de nombreux Serbes de Bosnie sont convaincus que le tribunal est sélectif et politiquement motivé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/mOohtga/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.