Après l'échec des dieux

Discuter de moralité et de politique, disent certaines personnes, revient à discuter de végétarisme avec des cannibales. La grande majorité de l'audience, semble-t-il, acquiesce, et ce à juste titre. Les intérêts du pouvoir et des profits ont rongé les obligations et les principes moraux dans le royaume politique et dans la vie économique.

Les implications sont claires. Dans le monde d'aujourd'hui, « l'ordre » reflète un « équilibre des pouvoirs » qui est maintenu essentiellement par la force, tant militaire que financière. Mais il reste possible d'instaurer un ordre autre que cet « ordre des casernes ». Pensez-y comme l'ordre du choeur d'église, où des individus coopèrent sur la base d'une culture et de valeurs partagées.

Bien évidemment, les projets utopiques finissent dans la brutalité et le désespoir, je le sais de source sûre après avoir grandi en Union Soviétique. Mais tous les efforts pour construire un monde moralement plus juste ne sont pas tous voués à l'échec. Une des raisons qui expliquent l'absence de valeurs dans la « politique des pouvoirs » à l'heure actuelle est que des dirigeants comme Gandhi, Schweitzer et King ont disparu dans les ombres de nos nouveaux fétiches : succès, opportunisme et intérêt personnel.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/9rpa96t/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.