Après Kyoto

Le traité du Protocole de Kyoto est désormais entré en vigueur pour les 126 nations qui l'ont signé à ce jour. Il est maintenant temps de commencer à s'interroger sur le point suivant : comment amener toutes les nations, y compris les grands émetteurs, à débattre des actions à entreprendre après l'expiration du traité en 2012 ? C'est exactement ce qu'a fait récemment la Commission européenne en dévoilant sa première stratégie pour une ère post-Kyoto, qui sera examinée par le Conseil européen en mars prochain.

Tandis que le Protocole de Kyoto représente seulement une réduction modeste des émissions de carbone dans les pays industrialisés (5,2 % entre 2008 et 2012 par rapport aux niveaux de 1990, avec des objectifs variables suivant les pays), des progrès réels peuvent être accomplis en soutenant les efforts de développement et en préservant notre planète.

Mais tout d'abord, tous les pays doivent intégrer les préoccupations climatiques dans la planification de leurs politiques et améliorer leur gouvernance dans des secteurs clés tels que l'énergie, l'infrastructure et le transport. En d'autres termes, nous devons agir en étant conscients que le changement climatique et ses effets sur les habitants des pays riches et pauvres demeurent une menace pour la sécurité mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/xwfvAKK/fr;