La mauvaise gouvernance africaine à la barre

LA HAYE – À l’heure où le monde a les yeux tournés vers l’inauguration du premier président noir américain et célèbre une étape importante de la lutte pour l’égalité raciale, de l’autre côté de l’Atlantique de récents développements représentent un progrès significatif dans une campagne mondiale qui ne lui est pas étrangère, visant à mettre un terme à l’impunité des crimes de masse.

Ces prochains jours, des juges de la Cour pénale internationale de La Haye vont décider s’ils délivrent un mandat d’arrêt à l’encontre du président soudanais Omar al-Bashir pour génocide. Et le 26 janvier, la CPI ouvrira son premier procès, celui de Thomas Lubanga Dyilo, ancien seigneur de la guerre congolais.

Aucun de ces deux événements n’est surprenant, mais pris ensemble, ces deux étapes signifient qu’un nouveau système de justice internationale est en train de fonctionner. Les gouvernements et les chefs rebelles du monde entier ont été prévenus que les comportements criminels ne seront plus tolérés aveuglément.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/MaLzQ3m/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.