Issouf Sanogo/AFP/Getty Images

Faire durer le « Made in Africa »

ABIDJAN, CÔTE D'IVOIRE - Si jamais vous achetez un blue jeans dans un centre commercial aux États-Unis, jetez donc un coup d'œil sur l'étiquette. S'il a été fabriqué, par exemple au Lesotho (une petite enclave montagneuse entourée par l'Afrique du Sud, qui compte une population d'environ 2 millions d'habitants), vous le devez probablement à l'African Growth and Opportunity Act (AGOA).

L'AGOA, mis en place en 2000, permet à plus de 6 400 produits de pays admissibles d'Afrique subsaharienne d'entrer sur le marché des États-Unis en franchise de droits. D'après la Stratégie nationale de l'AGOA du Lesotho, les exportations annuelles d'articles du secteur du vêtement du pays vers les États-Unis ont augmenté d'environ 129 millions de dollars en 2001 à 330 millions de dollars en 2015, ce qui représente 80 % de la demande externe totale pour les textiles et les vêtement du pays. Avec 44 000 employés, l'industrie du vêtement du Lesotho est maintenant le plus important employeur du secteur privé du pays.

L'AGOA a également soutenu d'autres exemples de réussite « Made in Africa ». Certaines personnes reprochent parfois à l'AGOA de favoriser les produits pétroliers, pourtant les chiffres parlent d'eux-mêmes. Selon le Rapport de l'AGOA de 2016, publié par le Bureau du Représentant du commerce des États-Unis, les exportations de produits non pétroliers vers les États-Unis dans le cadre de l'AGOA ont presque triplé, en passant de 1,4 milliards de dollars en 2001 à 4,1 milliards de dollars en 2015. Les automobiles d'Afrique du Sud et les vêtements du Kenya, du Lesotho, de l'Ile Maurice et du Swaziland représentent les principales exportations.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/lwbWIA0/fr;

Handpicked to read next