Les citadins-paysans d'Afrique

NAIROBI –J'ai rencontré récemment dans un café de Nairobi une infirmière, Eunice Wangari. A moment donné, grâce à son téléphone portable elle a eu une conversation avec sa mère dans son village natal, à plusieurs heures de la capitale. J'ai été surprise de l'entendre s'enquérir avec insistance des progrès d'un champ de maïs à proximité du village. En fait, Wangari compte sur des revenus tirés de l'agriculture pour acheter davantage de terre et cultiver davantage.

Bien que vivant dans la capitale kenyane, Wangari parvient à gagner des centaines de dollars par an de la vente de produits de la terre cultivés avec l'aide de sa famille. Elle a amorti depuis longtemps sa mise initiale tirée de son salaire de 350 dollars par mois.

Wangari est l'une parmi des milliers de citadins au Kenya– et parmi des centaines de milliers, voire des millions de citadins à travers toute l'Afrique –à tirer des revenus de la terre. Avec les prix des denrées agricoles de base à leur plus haut niveau depuis des décennies, beaucoup d'entre eux engrangent de substantiels bénéfices.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/ntjzMUu/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.