0

L’histoire volée de l’Afrique

NAIROBI – La décision de l’Université de Yale de rendre des milliers d’objets pris par l’un de ses chercheurs dans le cadre de ses recherches au Pérou en 1911 m’a rappelé une soirée à laquelle je me suis rendue récemment – une soirée que j’ai dû quitter prématurément.

C’est un ami africain qui m’avait invité chez l’un de ces amis. L’hôte, un riche américain, présentait fièrement sa collection de peintures et de sculptures. Alors qu’il nous faisait visiter, je remarquais un objet qui semblait être d’origine africaine, mais je n’en étais pas sûre ; il m’est déjà arrivé de penser que tel ou tel objet d’art était africain alors qu’il était d’origine amérindienne.

La pièce en question était une peau d’animal tendue et décorée de perles de couleur, placée sous verre. Les perles ressemblaient beaucoup à celles que mon peuple, les Massaï, utilisent, mais la couleur dominante était le bleu et non notre couleur préférée, le rouge.

« Quelle est la provenance de cet objet ? » demandais-je en pointant du doigt la pièce accrochée au mur.