Les bonnes pratiques de l'Afrique

J'ai visité le Ghana récemment et je me retrouve comme beaucoup d'autres à me demander comment un pays « en développement » peut être développé ? Il y a quelque chose de gênant dans cette formulation, et en particulier dans le mot « en développement », qui est souvent un euphémisme pour l'absence de développement économique. Un pays cesse-t-il de se développer dès que des forces extérieures mettent tout en oeuvre pour le développer ?

Mon hôte, la Fondation Kweku Hutchful, m'invita pour d'autres raisons : les leaders ghanéens peuvent-ils être développés ? Cette formulation avait aussi quelque chose de troublant et une fois de plus, c'était à cause du mot « développement ».

Peut-on réellement « développer » un leader ou un pays ? Les multinationales, les organisations non gouvernementales internationales et les prêteurs multilatéraux comprennent-ils vraiment les besoins locaux ? Le fait que de « bonnes pratiques » fonctionnent à New York n'impliquent pas nécessairement qu'elles fonctionneront à Accra au Ghana? Imaginez comment les dirigeants américains réagiraient face aux consultants fraîchement débarqués du Ghana avec leurs « bonnes pratiques » et déclarant que « ça a fait ses preuves à Accra, donc cela ne peut que fonctionner à New York ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/wl95RIb/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.