okonjoiweala9_BillyMutaiSOPAImagesLightRocketviaGettyImages_africanfieldworkeroncellphone Billy Mutai/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Faire fonctionner la mondialisation pour l'Afrique

WASHINGTON, DC – La réaction actuelle contre la mondialisation, - plus particulièrement de la part des citoyens de la classe laborieuse dans les pays avancés qui s'inquiètent de la stagnation des salaires et de la précarité - souligne à quel point les bienfaits de l'intégration économique mondiale ont été exagérés et leurs coûts sous-estimés. Mais les effets de la mondialisation sur l'Afrique et ses citoyens n'ont pas bénéficié de la même attention, même si le continent est censé compter plus de 40 % de la population mondiale d'ici la fin du siècle.

Pour rendre la mondialisation plus inclusive, il faudra adopter des politiques de lutte contre les inégalités au sein des économies avancées et stimuler la convergence des niveaux de vie entre l'Afrique et les pays à revenus élevés. Les décideurs politiques africains, avec le soutien de partenaires externes, peuvent jouer un rôle. Ils peuvent accélérer l'intégration régionale, combler les lacunes dans les compétences de la main-d'œuvre et de l'infrastructure numérique et créer un mécanisme pour s'approprier et réglementer les données numériques de l'Afrique.

Depuis que la première révolution industrielle a entraîné une envolée du commerce international, l'Afrique est restée largement en marge de l'économie mondiale. Les principaux bénéficiaires de cette première mondialisation ont été les économies avancées actuelles, qui ont connu les premières technologies industrielles. Ce phénomène a conduit à son tour à la « grande divergence » dans les niveaux de revenus entre le Nord et le Sud.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/FUiGMbRfr