African economic growth Steve Jordan/Stringer

L'Afrique est-elle encore en plein essor ?

WASHINGTON, DC – Entre 2000 et 2014, l'Afrique a connu une forte croissance, qui a donné lieu à de nombreux commentaires sur le thème « Africa rising », en d'autres termes sur la montée en puissance de l'Afrique. Mais depuis 2015, la croissance en Afrique sub-saharienne a ralenti et les piètres perspectives des prix des matières premières ont jeté le doute sur la promesse économique de l'Afrique, ce qui a poussé de nombreuses personnes à remettre en question ce type de commentaires « Africa rising » : certaines autres ont même constaté son décès.

Dans une certaine mesure, ce scepticisme est compréhensible. Le choc pétrolier de 2014 a très durement frappé plusieurs pays africains et a joué un rôle en poussant la croissance globale de 6 % en 2004-2014 à seulement 2,5 % dans la période 2015-2017, soit un taux qui suit à peine le rythme de croissance de la population.

En outre, les trois plus grandes économies du continent (l'Angola, le Nigeria et l'Afrique du Sud), ont connu d'importantes baisses de résultats. L'année dernière les économies de l'Angola et de l'Afrique du Sud ont stagné, alors que l'économie du Nigeria a effectivement diminué de volume pour la première fois depuis 1991. Les dernières prévisions suggèrent que ces pays vont connaître des reprises tièdes dans les années à venir.

Mais les sceptiques de l'Afrique négligent un certain nombre de facteurs importants. Tout d'abord, si l'on met de côté les trois plus grandes économies, le taux de croissance global de l'Afrique subsaharienne pour cette année est passé de 2,5 % à près de 4 %. C'est un taux de croissance plus rapide que celui de 3,5 % qui caractérise actuellement l'économie mondiale. En fait, sur les dix économies à plus forte croissance dans le monde, cinq sont situées en Afrique. Au cours des cinq prochaines années, environ la moitié de toutes les économies d'Afrique subsaharienne vont augmenter à un taux moyen semblable ou supérieur à celui qui prévalait à l'apogée de « l'Africa rising ».

En outre, les prix élevés des matières premières n'ont été qu'un des facteurs qui expliquent l'excellent rendement économique de la région entre 2000 et 2014. De nombreux pays africains ont fait de grandes améliorations dans la gestion macroéconomique, la gouvernance et l'environnement des entreprises. En outre, l'esprit d'entreprise est en plein essor. Même avec la baisse des prix des matières premières, cette évolution va continuer à soutenir de nombreuses économies africaines.

Le scepticisme actuel peut être la manifestation de souvenirs marquants d'une période plus sombre et les craintes que les progrès de l'Afrique n'aient pas été suffisamment consolidés. Des années 1970 au milieu des années 1990, des dictateurs ont été au pouvoir dans de nombreux pays africains et les institutions nécessaires au maintien d'une forte croissance économique ont été fragiles, dans le meilleur des cas. Avec les guerres civiles qui ont constamment lacéré le tissu social dans de nombreux pays, le continent a connu des décennies de croissance économique anémique. En 2000, il avait été réduit à ce que The Economist appelait une « Afrique sans espoir. »

The World’s Opinion Page

Help support Project Syndicate’s mission

subscribe now

Mais cette époque est révolue. Les décideurs de tout le continent ont subi les réformes de l'ère des années 1990, qui ont préparé le terrain pour la période suivante de forte croissance. Bien qu'il y ait encore beaucoup à faire, l'environnement économique et commercial dans de nombreux pays africains continue de s'améliorer et les institutions et la gouvernance se renforcent.

Grâce aux nouvelles technologies de l'information et des communications, les Africains, en particulier les jeunes Africains, sont mieux informés, plus engagés dans le débat public et politique et de plus en plus capables de demander des comptes à leurs dirigeants. Les TIC ont également déclenché une vague d'innovation et d'entrepreneuriat à travers le continent.

Il y a peu de chances que ces tendances positives s'inversent. Elles vont plutôt continuer d'améliorer les conditions économiques en Afrique, même si les prix des matières premières ne remontent pas. Après tout, la croissance économique de la région était en moyenne de 5,6 % entre 2000 et 2004, avant que les prix des matières premières ne commencent leur rapide ascension.

Mais cela ne veut pas dire que l'Afrique sera à l'abri de redoutables défis dans les années à venir. Au niveau mondial, l'environnement économique sera moins favorable pour les économies africaines. Dans les grandes économies avancées, les taux d'intérêt vont bientôt augmenter et la réaction politique contre la mondialisation peut forcer les gouvernements à abandonner leurs engagements passés en matière d'aide au développement.

À la lumière de toute ces incertitudes, les décideurs africains doivent faire leur autocritique, en mettant l'accent sur des politiques visant à mobiliser les ressources nationales et à financer leurs programmes économiques. Ces programmes doivent comprendre un certain nombre de priorités. Les pays africains doivent diversifier leurs économies pour mieux résister aux chocs futurs, tout en accélérant le rythme de l'industrialisation du continent. Les gouvernements devront trouver un moyen de créer des emplois décents pour les 11 millions de personnes qui intègrent actuellement la population active de la région chaque année. Et ils vont devoir adopter des politiques visant à réduire la pauvreté et à s'assurer que la prospérité est partagée entre toutes les cohortes de la société.

Ces objectifs sont particulièrement importants pour l'Angola, le Nigeria et l'Afrique du Sud. L'Angola et le Nigeria doivent devenir beaucoup moins dépendants du pétrole et l'Afrique du Sud doit encore mettre en œuvre des réformes de grande envergure pour résoudre les problèmes structurels qui persistent depuis l'époque de l'apartheid. Mener ces projets à bien va nécessiter les efforts de dirigeants compétents et résolus à respecter les principes de bonne gouvernance. L'échec sur ce plan risque d'entraîner une longue période de faible croissance.

Mais même si les trois plus grandes économies de l'Afrique finissent dans les limbes, cela ne sera pas nécessairement le dernier mot de l'histoire de « l'Africa rising ». Après tout « Africa rising » ne s'applique pas à « toute » l'Afrique. Des années 1960 aux années 1990, le récit des Quatre dragons ne s'appliquait qu'à Hong Kong, Singapour, la Corée du Sud et Taïwan, à l'exclusion des autres pays en développement en Asie, comme la Chine. De même, les économies africaines se démarquent de plus en plus les unes des autres et doivent donc être évaluées individuellement, selon le bien-fondé de leurs politiques économiques.

http://prosyn.org/ZIdlXxW/fr;

Handpicked to read next

  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.