laberge1_GettyImages_peoplelookingatdatasheets Getty Images

L'Afrique et les questions de gouvernance

NEW YORK - Les ministres du gouvernement assistent cette semaine au Forum politique de haut niveau des Nations Unies, qui examine les progrès réalisés par les pays relativement à plusieurs des 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Parmi eux figurent l'ODD 16 axé sur la gouvernance, qui vise à promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives, l'accès à la justice pour tous et des institutions responsables à tous les niveaux. Cet objectif comprend 12 cibles à atteindre d'ici 2030 et les progrès accomplis à cet égard sont évalués en fonction de 23 indicateurs.

Sur les 51 pays qui se sont portés volontaires pour faire état de leurs résultats dans ce forum, plus d'un tiers (18) proviennent d'Afrique, le plus gros contingent de la région. Selon une nouvelle étude réalisée par l'Institut sud-africain des affaires internationales (SAIIA) et par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), les pays africains sont parmi les plus innovants et les plus engagés à mesurer et à communiquer sur l'objectif de gouvernance. Leurs efforts pourraient servir de modèle à d'autres.

Ce résultat peut paraître paradoxal, compte tenu de la réputation de l'Afrique comme étant une région en proie à d'importants défis de gouvernance, souvent exacerbés par des crises. Pourtant ce n'est une surprise pour ceux qui se rappellent des premières étapes de l'élaboration des ODD en 2014. Les gouvernements africains ont joué un rôle central dans la défense de l'adoption d'un ODD 16 autonome doté de cibles et d'indicateurs, contrairement à de puissants États membres des Nations Unies qui voulaient reléguer les questions de gouvernance et de paix au préambule du nouveau programme de développement mondial.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/uvbTU4Lfr