La détresse coutumière de l’Afghanistan

FARAH, AFGHANISTANDans la longue liste des problèmes qui rongent l’Afghanistan – violence, insécurité, corruption, fondamentalisme religieux – un facteur est souvent oublié : l’influence des lois coutumières. Il y a trois principales références juridiques en Afghanistan : la loi constitutionnelle, le Coran et le système du droit coutumier appelé Farhang, la version dominante et la plus stricte du Pashtunwali (la manière des Pashtouns.)

A l’origine un ancien code d’honneur, le Farhang garantit la dominance de l’homme le plus agé, suivi par celle des garçons mariés, puis des garçons non mariés, des petits enfants mâles et enfin les épouses (la plus jeune en dernier). Les décisions collectives sont prises par les patriarches en conseils appelés jirgas, dans le cadre desquels tous doivent être en accord.

Cet accord comprend une collaboration éventuelle avec les talibans, une collaboration avec les forces de la Coalition, l’acceptation ou le refus d’éradiquer la culture du pavot dans le village. Tout le reste est laissé à la discrétion du patriarche. Ici, personne n’interviendra excepté pour appliquer les droits patriarcaux comme par exemple la lapidation d’une jeune fille supposée volage ou fermer les yeux devant les meurtres de femmes pour soi-disant «laver l’honneur ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/CDKUTh4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.