Dean Rohrer

Un « New Deal » mondial ?

ATHENES – Le Fonds monétaire international a récemment reconnu qu'il avait considérablement sous-estimé les dommages que l'austérité aurait provoqués sur les taux de croissance de l'Union européenne. Cet aveu tardif met en évidence le caractère autodestructeur des recettes « orthodoxes » pour solutionner les causes de la crise de la dette qui a suivi le crash financier de 2008-2009.

La théorie conventionnelle suggère qu'un pays (ou groupe de pays) qui consolide individuellement ses finances peut s'attendre à des taux d'intérêt plus bas, une monnaie plus faible et une position commerciale améliorée. Mais, parce que cela ne peut pas se produire pour toutes les grandes économies simultanément – l’austérité d'un pays (ou d’un groupe de pays) implique une demande plus faible pour les produits des autres pays – de telles politiques finissent par conduire à des situations de protectionnisme. En effet, c'est cette dynamique – contre laquelle John Maynard Keynes s’est battu – qui a rendu tellement sinistre la Grande Dépression des années 1930.

Les problèmes d’aujourd'hui sont aggravés par une insuffisance de la demande privée – en particulier la consommation des ménages – dans les économies avancées qui ne permet pas de compenser la diminution de la demande découlant des mesures d'austérité. Au cours des deux dernières décennies, la consommation a tiré la croissance économique de ces pays, atteignant des sommets historiques en pourcentage du PIB.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/pwjzLj9/fr;