Le Don Corleone de la mère Patrie

VARSOVIE – Le comportement du président russe Vladimir Poutine est aujourd’hui celui d’un véritable parrain de la mafia. En envahissant la Crimée, pour ensuite l’occuper et finalement l’annexer, le tsar a pointé son sabre sous la gorge de l’Ukraine en exigeant d’elle sa souveraineté territoriale, sous peine de mort. Cette démarche d’extorsion a jusqu’à présent fonctionné – et Poutine en a pleinement conscience.

Le président russe n’a-t-il pas en effet clairement affirmé le fond de sa pensée dans son discours d’annonce de l’annexion de la Crimée : son régime ne redoute nullement les sanctions, et entend bien faire ce qu’il lui plaît. La Crimée ne constitue qu’une première étape dans la réalisation de son rêve consistant à faire renaître la grandeur de la Russie.

L’analyse approfondie du tissu de mensonges et de manipulations formulé par Poutine devant le Kremlin serait une perte de temps. La situation est simple, le président s’est engagé dans une aventure de confrontation vis-à-vis de la communauté internationale toute entière. Le discours prononcé rappelle l’univers enfiévré et paranoïaque des Démons de Fiodor Dostoïevski, tant il évoque un univers alternatif délirant – un univers qui n’existe pas, et qui n’a jamais existé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QPZ2xtA/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.