A university tutor is addressing his students Tom Werner/Getty Images

Pour que le milieu universitaire retrouve son importance

CAMBRIDGE – La liberté universitaire est un bien précieux et essentiel pour s'assurer que la découverte de la vérité ne soit pas grevée par des forces politiques ou idéologiques. Mais ceci ne signifie pas que les intellectuels doivent se terrer dans des bunkers académiques qui, en nous protégeant contre la critique des « non experts, » autorisent le moi à s'épanouir et permettent de se concentrer sur des questions qui ne sont réellement appropriées pour personne d'autre. Nous, les experts, devrions être tenus de nous expliquer.

Cela signifie, d'abord et avant tout, que les chercheurs devraient communiquer leurs résultats d'une manière qui encourage la responsabilité et qui confirme que des fonds publics et les prestations du système éducatif soient utilisés dans l'intérêt des contribuables. Le devoir de communiquer les résultats assure également que le public soit instruit, non seulement au sujet de la matière elle-même, mais également au sujet des modalités réelles de la recherche.

Les livres et les journaux savants donnent souvent l'impression que la vérité est révélée par un processus ordonné et logique. Mais la recherche est loin d'être un paysage inviolé : en fait, elle ressemble à un champ de bataille, jonché d'erreurs de calcul, d'expériences avortées et d'hypothèses réfutées. Le chemin qui mène vers la vérité est souvent tortueux et ceux qui en suivent le cours croisent souvent le fer avec la concurrence féroce et l'intrigue professionnelle.

Certains arguent du fait qu'il vaut mieux cacher cette réalité au public, afin de maintenir une certaine crédibilité. Par exemple, en 2014, des physiciens collaborant sur un projet connu sous le nom de BICEP2 ont pensé qu'ils avaient détecté des ondes gravitationnelles du commencement de l'univers. On a réalisé plus tard que le signal qu'ils avaient détecté pouvait être entièrement attribué à de la poussière interstellaire.

Certains de mes collègues se sont souciés du fait que cette révélation risquait de saper la foi dans d'autres prévisions scientifiques, comme celles portant sur le changement climatique. Mais cacher la vérité au public risque-t-elle vraiment de faire davantage pour la crédibilité scientifique et académique que cultiver une culture de la transparence ? Probablement pas. En fait, être honnête au sujet des réalités de la recherche pourrait renforcer la confiance et créer davantage d'espace pour l'innovation, avec un public informé acceptant que le risque soit le coût inévitable et utile de découvertes révolutionnaires et largement salutaires.

Une autre manière de s'assurer que le milieu universitaire continue à innover de manière utile et appropriée consiste à brouiller les frontières traditionnelles entre les disciplines - des frontières où l'invention se produit si souvent. À cet effet, les universités devraient mettre à jour leur structure d'organisation, s'éloigner des départements clairement cloisonnés afin de créer un genre de continuum entre les arts, les humanités et les sciences. Il faudrait encourager les étudiants à prendre des cours dans des disciplines multiples, de sorte qu'ils puissent tisser ces leçons et ces expériences dans de nouveaux modèles de connaissance.

What do you think?

Help us improve On Point by taking this short survey.

Take survey

Pour rendre ce processus durable, les universités devraient s'assurer que les cours et les programmes d'études qu'elles proposent aux étudiants les aident à développer leurs qualifications sur un marché du travail dont la demande évolue très rapidement. Ceci ne revient pas simplement à créer de nouveaux programmes d'études pour le présent, mais également à les mettre à jour à court terme, afin d'expliquer de nouvelles tendances et découvertes dans des secteurs qui vont de l'intelligence artificielle et des grandes données aux sources énergétiques alternatives et à l'édition du génome.

Les professeurs, quant à eux, devraient aborder leur travail comme des mentors de futurs leaders en science, en technologie, en arts et en sciences humaines, plutôt que d'essayer de mouler des étudiants suivant leur propre image intellectuelle. Naturellement, la dernière approche peut être utile si l'objectif consiste à faire progresser la popularité de son propre programme de recherche et de s'assurer que ses propres idées et sa propre perspective perdurent. Mais ce n'est pas la mission fondamentale du milieu universitaire.

Plus le consensus dans les chambres d'écho du milieu universitaire devient fort, plus la poussée du moi est grande pour ceux qui habitent ces chambres. Mais l'histoire prouve que le progrès est parfois défendu par une voix timide dans le fond, comme celle d'Albert Einstein au début de sa carrière. La vérité et le consensus ne sont pas toujours interchangeables. La diversité d'opinion - qui implique la diversité de genre, d'appartenance ethnique et d'antécédents - est essentielle pour motiver la créativité, la découverte et le progrès.

C'est pourquoi il est si important que les prix et associations professionnelles soient utilisés non pas pour renforcer les perspectives traditionnelles, mais pour encourager l'indépendance de la pensée et pour récompenser l'innovation. Ceci ne signifie pas que tous les avis doivent être considérés comme égaux, mais plutôt que les conceptions alternatives doivent être discutées et contrôlées en fonction de leur seul mérite.

Nous, les membres du milieu universitaire, ne pouvons pas continuer à nous féliciter en célébrant nos propres privilèges et en évitant de regarder le monde de manière nouvelle et appropriée. Si nous devons défendre la liberté de notre entreprise, nous devons renouer le dialogue avec le public le plus large et nous assurer que la pertinence de notre travail soit bien comprise - notamment par nous.

http://prosyn.org/1TuDUy9/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.