0

Une fenêtre d’opportunité pour la défense européenne

MADRID – En ces temps de contraintes budgétaires, les inquiétudes concernant la défense européenne se sont multipliées. Mais les évolutions intervenues en 2010 offrent paradoxalement un espoir pour l’avenir.

Les deux traités de défense signés en novembre entre la France et le Royaume-Uni portent sur le déploiement conjoint de leurs forces armées, la dissuasion nucléaire, et la modernisation des équipements et des moyens de communication. Cette initiative est appuyée sans réserve par les dirigeants des deux pays et reflète une détermination sans faille à s’unifier face aux menaces communes.

Mis en ouvre correctement, ces traités peuvent constituer un précédent prometteur pour l’ensemble de l’Union européenne. En transcendant les limites nationales, ces traités déterminent le cours futur de la défense européenne et contribueront à définir les relations de l’Europe avec les Etats-Unis et l’Otan.

Pour évaluer ces traités à leur juste valeur, il faut se souvenir du contexte dans lequel ils ont été conçus. Par la Déclaration franco-britannique de Saint-Malo de 1998, le président français Jacques Chirac et le Premier ministre britannique Tony Blair s’engageaient à renforcer les capacités de sécurité et de défense de l’UE. Réticent au départ à l’idée d’une Europe disposant de capacités militaires autonomes, le Royaume-Uni a appris de l’intervention au Kosovo que l’UE devait être en mesure de répondre rapidement et efficacement aux crises.