Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Détrôner le roi Charbon

MELBOURNE – Cette année, la consommation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a atteint le seuil de 400 parties par million (ppm). Le taux de CO2 dans l’air n’avait pas été aussi élevé depuis trois millions d’années, époque à laquelle le niveau des mers était supérieur de 24 mètres à celui que nous connaissons. Aujourd’hui, le niveau des mers augmente à nouveau. En septembre dernier, la banquise arctique couvrait la plus petite surface jamais enregistrée. À l’exception d’une seule, les dix années les plus chaudes depuis 1880, année du début de l’enregistrement des mesures mondiales, ont eu lieu au cours du XXIe siècle.

Certains climatologues considèrent que ce taux de 400 ppm de CO2 dans l’atmosphère est d’ores et déjà suffisant pour nous faire franchir un seuil critique au-delà duquel nous risquons une catastrophe climatique susceptible de contraindre des milliards de personnes à l’exode. Ces scientifiques estiment qu’il est nécessaire que nous réduisions le taux de CO2 dans l’atmosphère à 350 ppm. Ce chiffre a donné lieu à l’initiative baptisée 350.org, un mouvement populaire qui réunit les volontaires de 188 pays dans le but de résoudre le problème du changement climatique.

D’autres climatologues sont plus optimistes : ils considèrent que si nous permettons au taux de CO2 atmosphérique d’augmenter jusqu’à 450 ppm, niveau associé à une élévation de température de 2° Celsius, nous avons 66,6% de chance d’éviter la catastrophe. Ce qui revient tout de même à une chance sur trois de subir le désastre – soit une probabilité encore moins heureuse qu’à la roulette russe ; sachant par ailleurs que nous prévoyons de dépasser le taux de 450 ppm d’ici 2038.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/h63HEE7fr;
  1. elerian122_Peter MacdiarmidGetty Images for Somerset House_bigdatascreentechman Peter Macdiarmid/Getty Images for Somerset House

    Adapting to a Fast-Forward World

    Mohamed A. El-Erian

    The world is going through a period of accelerating change, as four secular developments illustrate. Firms and governments must make timely adjustments, not only to their business models and operational approaches, but also to both their tactical and strategic mindsets.

    2
  2. roubini137_Mikhail SvetlovGetty Images_xi putin Mikhail Svetlov/Getty Images

    The White Swans of 2020

    Nouriel Roubini

    Financial markets remain blissfully in denial of the many predictable global crises that could come to a head this year, particularly in the months before the US presidential election. In addition to the increasingly obvious risks associated with climate change, at least four countries want to destabilize the US from within.

    8
  3. tharoor137_ Hafiz AhmedAnadolu Agency via Getty Images_india protest Hafiz Ahmed/Anadolu Agency via Getty Images

    Pariah India

    Shashi Tharoor laments that the government's intolerant chauvinism is leaving the country increasingly isolated.