Un hommage au mal

En mai prochain, le monde célèbrera le 60ème anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre Mondiale en Europe. Mais au lieu de se préparer tranquillement pour cette occasion, les pays baltes d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie, qui, seulement 15 ans auparavant, ont regagné l'indépendance qu'ils avaient perdue lors de la Deuxième Guerre Mondiale, sont inquiets.

Les chefs d'état des trois pays ont été invités à participer aux défilés qui auront lieu à Moscou afin de célébrer la victoire de l'Armée rouge sur l'Allemagne nazie. Mais l'hôte de la commémoration, la Russie, sous l'apparence de l'Union Soviétique, a lui-même causé la guerre, la plus sanglante de toute l'histoire européenne, dont la fin est actuellement commémorée. Bien évidemment, l'URSS a ourdi la guerre en tandem avec Adolf Hitler, mais sa responsabilité reste indéniable.

En organisant ces commémorations sur la Place Rouge, soulignant ainsi la victoire soviétique, la Russie d'aujourd'hui célèbre également les avantages qu'elle a retirés de cette guerre. L'un de ces avantages était mon pays, la Lituanie, dont l'intégration dans l'empire de Staline s'est accompagnée d'innombrables tragédies. A l'inverse de l'Allemagne, la Russie n'a jamais reconnu sa responsabilité dans la guerre et dans les tombes collectives des innocents.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/67GN2vv/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.