0

Chypre : une solution immédiate

NEW YORK – Quarante ans durant, la rue Ledra au cœur de Nicosie fut le symbole d’une Chypre divisée. Puis, en avril 2008, le mur qui séparait le Nord et le Sud de la capitale fut percé. Peu à peu, les habitants qui ne s’étaient pas mélanges depuis quarante-quatre ans commencèrent à renouer des liens et à se redécouvrir. C’était une fenêtre sur des perspectives d’avenir.

La semaine dernière, je me suis rendu sur le point de passage de la rue Ledra. Officiellement, ma visite servait l’inauguration des plans de reconstruction des bâtiments délabrés de l'ancienne zone tampon. D’un point de vue personnel, je souhaitais constater par moi-même cette ligne qui a trop longtemps séparé les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs. A mesure que je progressais, la foule, formée des deux communautés, emplissait la rue pour scander : « Solution immédiate ! Solution immédiate ! »

En tant que Coréen, je ne connais que trop bien la douleur d’un pays divisé. Je suis également conscient que la réconciliation peut être très difficile. Voilà pourquoi je suis allé à Chypre – pour exprimer mon appui personnel aux efforts faits pour réunifier l'île, et pour accélérer la négociation.

Chypre est arrivée à une étape charnière. Le dirigeants chypriote grec, Demetris Christofias, et son homologue turc, Mehmet Ali Talat, travaillent d’arrache pied pour établir un accord. Or, sans une avancée conjointe supplémentaire celui-ci leur échappera.