Paul Lachine

Un moment Rooseveltien pour les géants bancaires américains ?

WASHINGTON – Il y a une centaine d’années, la réflexion sur la question du mode de fonctionnement des grandes entreprises – et de la manière de contenir leur pouvoir – était dominée par les Etats-Unis. Rétrospectivement, la réelle avancée législative – non seulement aux Etats-Unis, mais aussi ailleurs – fut la loi Sherman antitrust de 1890.

Le projet de loi de réforme financière sur le point d’être voté par le Sénat américain prévoit quelque chose d’assez similaire – et attendu de longue date – pour le secteur bancaire.

Avant 1890, les grandes entreprises étaient généralement considérées comme étant plus efficaces et plus modernes que les plus petites. La plupart des gens voyaient dans la consolidation des petites entreprises en entités plus importantes et moins nombreuses un développement stabilisateur récompensé par le succès et un investissement productif supplémentaire. L’émergence de l’Amérique en tant que puissance économique ne fut-elle pas rendue possible par les géants de l’acier, les systèmes ferroviaires intégrés et la mobilisation d’énormes réserves d’énergies par le biais d’aventures comme celle de la Standard Oil ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/l7DckLZ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.