Sur le front de la vaccination

MAPUTO – Si les informations d’actualité qui nous parviennent du Mozambique traitent pour la plupart de sujets graves – pauvreté, maladie, et autres conflits – mon pays voit également s’accomplir nombre d’avancées positives.

Ces vingt dernières années, le Mozambique est devenu une démocratie à part entière, a vu son secteur agricole se développer, son taux d’alphabétisation augmenter, a développé l’accès à l’eau et à l’électricité dans les zones rurales, et a considérablement réduit le taux de mortalité infantile, qui est passé de 219 pour 1 000 en 1990 (deux ans avant la fin de la guerre civile) à 135 pour 1 000 en 2010. Je suis particulièrement fière de ce dernier accomplissement dans la mesure où, ayant travaillé en partenariat avec mes compatriotes mozambiquiens pour accroître la couverture vaccinale, je crois y avoir personnellement contribué.

J’ai grandi au Mozambique à l’époque où le pays était encore sous la domination portugaise, et l’inégalité de notre société coloniale a façonné ma vision selon laquelle toute personne a droit à la santé. Je me remémore les années où, adolescente, j’exerçais dans un centre pédiatrique, et où j’ai été témoin du décès d’enfants atteints de maladies comme la polio, la rougeole et le tétanos – toutes facilement évitables par vaccin. L’impact de cette expérience m’a personnellement conduite à consacrer 40 années de mon existence à faire en sorte que tous les enfants du Mozambique, quelle que soit leur ethnie et où qu’ils vivent, puissent bénéficier des vaccins nécessaires pour leur permettre de vivre longtemps et en bonne santé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Z57Qs7P/fr;