0

Un partenariat en péril

La guerre en Irak a divisé la « vieille » et la « nouvelle » Europe et a imposé des tensions sans précédent sur la relation entre l'Amérique et l'Europe. Pendant près de 60 ans, le partenariat atlantique s'est révélé une force bénéfique, non seulement pour l'Europe et l'Amérique du Nord, mais pour le monde entier. Ces liens peuvent-ils être renoués ?

Les relations se sont rapidement désintégrées d'une manière alarmante. Après le 11 septembre, même les journaux français ont titré « Nous sommes tous des Américains ». Il semblait alors que notre point de vue essentiellement commun et nos valeurs partagées tant vantées s'étaient réaffirmés d'eux-mêmes.

En l'espace d'une année, la situation a changé, particulièrement en Allemagne. Le partenariat transatlantique tenait autrefois lieu de dogme fondamental de la politique extérieure de l'Allemagne et cependant, le Chancelier allemand a été réélu sur la base de discours anti-américains. Bien que ce sentiment ait été en grande partie faussé, il était évident que l'Allemagne ne soutiendrait pas une action militaire en Irak.

Beaucoup d'Allemands restent déchirés non seulement au sujet de l'Irak, mais sur la guerre en général. Nombre d'entre eux estiment que la position de l'Allemagne représente un sentiment pacifiste plutôt qu'un sentiment anti-américain. Il est possible qu'ils aient raison. L'Allemagne a changé au cours de la dernière décennie, envoyant des troupes de maintien de la paix en Somalie, en Bosnie, au Timor Oriental, au Kosovo, dans le Caucase, en Macédoine et, en réponse au 11 septembre, en Afghanistan. Mais aucune de ces troupes ne s'est battue.