0

Un partenariat pakistano-afghan pour la paix !

Passe de Khyber, frontière nord-ouest du Pakistan - Le Pakistan et l'Afghanistan ont une longue frontière commune, mais leurs présidents respectifs, Pervez Moucharraf et Hamid Karzai, n'ont jamais eu de stratégie commune dans cette zone. Pourtant, si l'on est au poste de Michni, le plus haut point de la passe de Khyber, et que l'on observe beaucoup plus bas les milliers de camions et d'autobus qui franchissent la frontière de l'Afghanistan vers le Pakistan à l'ombre de l'Hindou Kouch, une évidence saute aux yeux : le contrôle de la zone frontière nécessite une politique de contre-insurrection commune aux deux pays.

Le nouveau gouvernement pakistanais a maintenant pleinement l'occasion d'agir en ce sens. Pour tarir le recrutement et l'approvisionnement des talibans et de Al Quaïda, les deux pays doivent combattre ensemble les activistes.

Cela suppose d'améliorer la formation des forces de sécurité, à commencer par le Frontier Corps , les gardes-frontière pakistanais, cette force de 50 000 hommes répartis au long des quelques 2500 kilomètres de frontière commune. Ces "fils de la terre" sont dans une situation pitoyable. Ils reçoivent moins de deux euros par jour pour patrouiller dans une zone qui s'étend de montagnes de plus de 7000 mètres de haut jusqu'à des déserts arides.

Leur armement est vétuste. "Les talibans sont mieux équipés que nous et leur puissance de feu est plus importante", a déclaré un haut gradé. Les gardes-frontière pakistanais n'ont aucun moyen de déplacement aérien, et pire encore, ils ne disposent d'aucune force de réaction rapide pour les soutenir. Au cours de ces derniers mois, deux bataillons de gardes-frontière ont été attaqués dans le fort Ladha dans le Sud-Waziristan.