0

Une nouvelle relation sino-américaine ?

NEW YORK – Le Dialogue stratégique et économique entre les Etats-Unis et la Chine a pris fin, avec l’instauration d’une nouvelle entente entre les deux pays. Mais comment concrétiser cette lune de miel ?

Le domaine de coopération le plus évident et potentiellement le plus fécond est celui du changement climatique. Les deux responsables américains les aptes à prendre la tête de cette coopération sont Steven Chu, le secrétaire à l’Énergie, et Gary Locke, le secrétaire au Commerce.

Chu est un ancien professeur de physique à Berkeley et Stanford et directeur du Lawrence Berkeley National Lab, tandis que Locke est un ancien gouverneur de l’État de Washington et partisan de longue date des échanges commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis. Les deux hommes incarnent les pouvoirs de persuasion pragmatiques auxquels les dirigeants chinois sont le plus sensible : diplômes d’universités prestigieuses, connaissances scientifiques et technologiques de pointe, postes dans la haute fonction publique et lauréat d’un prix Nobel. (Chu est l’un des cinq Chinois de souche à être lauréat d’un prix Nobel, bien qu’aucun d’entre eux ne soit citoyen de la République populaire de Chine, un fait qui mine la fierté chinoise).

La presse chinoise était en effervescence à propos de Chu et Locke, les premiers Chinois de souche à devenir secrétaires d’État du gouvernement américain. La plupart des journaux ont publié la photo de Chu en première page, avec un titre sous forme de mise en garde pour le Beijing Business Today  : « Ne confondez pas les ministres américains en visite avec votre parenté ! ». L’article précisait que « au fond d’eux-mêmes, il est probable que Chu et Locke placent leurs priorités dans un ordre inverse du notre ».