0

Un nouveau programme démocratique pour la Russie

MOSCOU – Lors de l’allocution annuelle du Président russe Dmitri Medvedev devant l’Assemblée Fédérale, je fus frappé par le fait que son discours semblait avoir été écrit pour un pays développé et prospère, et non pas pour la Russie d’aujourd’hui.

La Russie tiendra des élections présidentielles en 2012. Néanmoins, ce qui arrivera en 2011 sera, d’après moi, encore plus important que ces élections elles-mêmes. En effet, l’évolution de la société russe pourrait transformer le monde politique en Russie ; et ce envers et contre les opposants domestiques qui refusent le changement ou ceux qui ont définitivement rangé la Russie parmi les « autoritaires incorrigibles ». Mais, pour que cela se produise, un nouveau programme pour la Russie doit être développé cette année.

Il y a une décennie, les priorités étaient la défense de l’intégrité du territoire russe et la restauration de la gouvernance du pays. La population avait soutenu un président, Vladimir Putin, qui était attaché à ce programme de « stabilisation ». On peut débattre sur les moyens employés pour y arriver, ainsi que leur succès, mais il est indéniable que la Russie a largement surmonté ses défis existentiels.

Cependant, les progrès en termes de stabilisation n’ont fait que mettre en évidence les problèmes non solutionnés en Russie, qui furent exacerbés, mais non causés, par la crise financière globale. Après tout, ce sont des choix exclusivement domestiques qui ont générés les caractéristiques actuelles de l’économie russe : basée sur l’exploitation de ressources, en désindustrialisation et dépendante des dépenses des consommateurs. Et ce n’est pas non plus la crise qui a généré la corruption, qui affecte les fonctions officielles à tous les niveaux, ni la perte de la dynamique démocratique en Russie.