Un New Deal pour les agriculteurs pauvres

NEW YORK – De nombreux pays pauvres, importateurs de nourriture, ont sombré dans le désespoir ces derniers mois depuis que les cours mondiaux du riz, du blé et du maïs ont doublé. Des centaines de millions de pauvres, qui dépensent déjà une grande partie de leur budget quotidien en nourriture, sont acculés à la misère. Les émeutes de la faim se multiplient.

Cependant, beaucoup de pays pauvres pourraient produire eux-mêmes davantage de nourriture, car le rendement de leurs agriculteurs est bien inférieur à ce que la technologie autorise aujourd’hui. Dans certains cas, des gestes gouvernementaux appropriés pourraient même permettre de doubler ou tripler leur production alimentaire en quelques années.

L’idée est simple et bien connue. L’agriculture traditionnelle utilise peu d’intrants et obtient un rendement modeste. Les paysans pauvres utilisent leurs semences de la saison précédente, manquent d’engrais, dépendent de la pluie plutôt que de l’irrigation et hormis la houe traditionnelle, n’utilisent que peu ou pas d’outils mécaniques. Leurs exploitations sont petites, un hectare peut-être ou moins.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/EN8ZV1x/fr;