0

Une nouvelle donne sur le climat, c’est possible

COPENHAGUE – Regardez bien les leaders d’aujourd'hui. Le fait que nous traversions des temps difficile se lit sur leur visage, leur regard sévère. Une lourde responsabilité pèse lorsque l’économie est en crise et que les licenciements sont légion. Les responsables politiques, plus que quiconque, portent cette lourde responsabilité.

Jour après jour, des efforts vers la reprise sont faits. La lumière est allumée tard dans les bureaux des gouvernements de par le monde. Alors est-ce que cette « question sur le climat » ne devrait pas attendre des temps meilleurs ?

Non. Retarder n'est pas une option. La planète a déjà attendu trop longtemps et l’attention que cette question réclame est urgente. Tandis que les conséquences du réchauffement climatique se font de plus en plus visible, un nombre croissant de personne s’est rendu compte que plus nous hésiterons, plus cette question deviendra coûteuse. Plus nous retardons notre action, plus la note sera salée pour nos enfants et petits-enfants.

En même temps, nous comprenons que plus nous nous attaquerons rapidement aux changements climatiques, plus le risque de catastrophe et de chaos diminuera : sécheresses, ouragans, hausse du niveau de la mer et accroissement du nombre de réfugiés climatiques. Vue sous cet angle, une politique sur le climat est aussi une politique sécuritaire. Plus nous réduisons notre utilisation du charbon, du pétrole et du gaz, plus nous devenons indépendants de l'énergie et moins nous risquons de nous battre pour l'énergie et les ressources. Là encore, c'est une politique sécuritaire.